LE SALAGOU
      
MELANGE D’AFRIQUE ET D’IRLANDE…


Au coeur du Haut pays d'Oc , le lac du Salagou est une douce mer intérieure dont les vagues chantonnent sous la poussée des vents. Il est implanté dans sa presque totalité sur la commune de Clermont l'Hérault. Le découpage de rives, le décor des pitons de basaltes, les "ruffes"vêtues de rouge qui l'enserrent, les reflets irisés des eaux concourent à son étrange et sauvage beauté. Le promeneur curieux découvre une faune et une flore d'une incroyable diversité, aux couleurs changeantes suivant l'humeur des saisons.


CROIX DE LA CHAPELLE DE CLANS

LES RUFFES

Aujourd'hui les récents faubourgs de Rougas et du Souc débordent jusqu'au Belvédère basaltique de Lacoste. Mais déjà, une partie des quartiers neufs reprend de la hauteur et s'étage sur les coteaux. La vue s'étend depuis le décor dentelé du Larzac et du Baudille(848m) à la grisaille des Garrigues et aux avant-Monts qui prolongent la Montagne Noire, jusqu'au centre de notre département. Splendide cadre à ce triangle de Bacchus, formé par le confluent de la Lergue et de l'Hérault, tout verdoyant des pampres qui sont la promesse de crus réputés et de raisins de table renommés.

AU LOIN LA CHAPELLE DE CLANS
Surpris par cette présence insolite, le majestueux Mont de Liasson, aux pentes abruptes couvertes de chênes, mire sa masse imposante haute de 530 mètres dans cette splendide nappe d'eau, l'une des plus curieuses de France, véritable enchantement pour les yeux et l'esprit. Aux abords du lac : plages, campings, campotel, auberges, bases de plein air, sports nautiques et la pêche constituent un attrait qui séduit le touriste.


S'il est un lieu enchanteur, au mélange subtil d'Afrique,
de volcans d'Auvergne et d'Irlande,
inutile de partir au loin pour le découvrir...


La symphonie de ce site grandiose, à la fois paisible et violent, qui se déchaîne ça et là dans des contrastes de couleurs et de formes inattendues pour se radoucir un peu plus loin le long des berges en fuite, vous rendra sans doute contemplatif et muet devant tant de si complexe beauté. Le Lac du Salagou, neuf de quelques décennies, donne toujours un choc pour qui l'aperçoit un jour. Un petit ïlot et, tout près, le villages de Celles sublimé dans son éperon de verdure, dégagent une aura d'éternité tandis qu'aux alentours, les pyramides colorées veillent jalousement sur la pérénnité de cet étrange panorama. Immence scène pourpre où les acteurs se nomment : onde, saules, frênes, peupliers. Eboulis de basalte, grès permien, calcite. Buissons hostiles et fleurs audacieuses. Gennêts aussi... Et nul ne peut être insensible au décor changeant de l'eau, des collines et surtout de ces presqu'îles rampantes et silencieuses qui se métamorphosent au couchant ! Flamboyantes sous les derniers rayons de lumière, elles s'apparentent au crépuscule à des animaux d'un autre âge, sombres et inquiètants, qui se laisseraient glisser sans hâte dans un clapotis métallique. le spectacle se déroule sous un éclairage qui fluctue selon l'heure ou la saison. Calme ou chaotique aussi, selon que s'installent douceur ou brumes, canicule ou bourrasques glacées. La représentation se renouvelle inlassablement et donne son comptant d'émotion à un public conquis mais jamais vraiment rassasié. Eclectique à souhait, le pêcheur y côtoie le photographe et le géologue, le promeneur, le sportif et parfois le poète... Le plateau d'Auverne, ancestral et rustique, surplombe le rivage dont le décor se fait plus âpre. Les troupeaux des bergers s'enivrent d'espace et de senteurs et les chasseurs foulent la garrigue au gré du vent et à l'affût du gibier. Moins faciles d'accès, les criques secrètes se succèdent dans une harmonieuse symbiose de roches, d'arbres et d'eau. Là, tant sur les hauteurs que sur la grève, règne une atmosphère profonde de terre originelle et d'humanité. Un patrimoine discret et patiemment restauré ravive le souvenir des anciens et les terres à jamais englouties sont reconnaissantes de ce respect spontané. Ce cadre de ruffes et de lave, véritable anuel ouvert sur les bouleversements de la terre est à préserver dans sa perfection naturelle. Pour le bonheur et l'intérêt de tous, puisse-t-il rester ainsi encore quelques milliers d'années...


Article de Colette DUMAS
    


LE LAC EN CHIFFRES

Altitude : 139 m
Superficie : 750 ha
Périmètre, environ 28 kms
Longueur : 7 kms
Profondeur : 4m à 45 m
Contenance : 125 millions de mètres cubes d'eau
Température de l'eau : en été de 20 à 28 °
Le lac du Salagou est interdit aux bateaux à moteur.


LE LAC DU SALAGOU